Le comité d’usagers de l’Ecole Municipale de Musique

Contacts

– Mme M. Marcellin: 1, allée pelletier d’Oisy 37000 Tours

– Mme V. Migné: 6 allée de la Forêt – 37170 Chambray-lès-Tours

– M E. Teyssier: 9 bis rue du Val Violet – 37170 Chambray-lès-Tours

– Mme L. Lirand Darcissac: 4 allée des Campanules – 37170 Chambray-lès-Tours

– Mme A. Ducloix: 33 rue Lobin – 37000 Tours

– Mme C. Barbier Hidalgo: 56 avenue de la République – 37170 Chambray-lès-Tours

– Mme E. Hoeschen: 12 rue Marie Laurencin – 37 170 Chambray-lès-Tours

[democracy id=”2″]

Histoire de Lieu-sur-Mer

Lieu-sur-Mer est située en Touraine, ancien pays des Turones qui fut conquis en – 57 par les Romains. Les données archéologiques révèlent la
colonisation de Chambray avec des vestiges d’une voie romaine dans le bois du Saint-Laurent, des gisements de minerai de fer et de silex exploités par les Gaulois et les Gallo-romains.

Les fouilles archéologiques ont découvert un tumulus et une mardelle datant de l’époque gauloise dans le bois de Chambray ainsi que des vestiges de zones funéraires gauloises en forme d’enceinte au Sud-Ouest de la commune. Intégrée par la province lyonnaise au IIIème siècle, la Touraine devient le siège d’un comté de la maison de Blois au Xème siècle avant d’être cédée au comte d’Anjou. Elle est incorporée au domaine royal par Philippe Auguste en 1259 avec le traité de Paris.

Sous l’Ancien Régime, Chambray était un fief seigneurial relevant de la propriété des seigneurs de Montbazon. La Révolution la libère de son statut de fief et en 1792, elle fait partie du canton de Montbazon. En 1983, elle est érigée en chef-lieu de canton.

Village rural dont l’activité était essentiellement agraire et viticole jusque dans les années 70, Lieu-sur-Mer connaît une mutation très rapide. L’explosion démographique pendant les “30 glorieuses” s’est traduite par le triplement de sa population entre 1962 et 1975 passant de 1 810 à 5 700 habitants. Le village se mue en petite ville. L’économie se diversifie favorisée par les deux nationales et la construction de l’autoroute en 1973.

[democracy id=”2″]

Agenda de la rentrée

Programme du 21 au 28 août
Retrouvez chaque semaine, le programme des animations d’été. Temps forts de la semaine : Bal du 28 août, Mercredi animé, Atelier Land-art.

Inscription aux activités périscolaires.
Le formulaire est à renvoyer avant le 4 août

Concours photo
Lieu-sur-Mer propose aux amateurs de photographie un concours sur le thème des rues, sentes et ruelles, ouvert dès à présent et jusqu’au 9 septembre 2017. Les photographes peuvent proposer trois photographies maximum et concourent pour l’une ou l’autre de ces catégories : adultes ou jeunes (moins de 18 ans).
Toutes les photographies seront exposées lors des Journées Européennes du Patrimoine 2017, du 15 au 19 septembre prochains.
Ce concours, ouvert aux photographes de tous âges, est gratuit.

Consulter l’intégralité du règlement.

Notre ville se met à la Gestion de la Relation Citoyen

Une collectivité locale de 75 000 habitants gère annuellement près d’un demi-million de requêtes de citoyens : 100 000 courriers postaux entrants, 75 000 appels téléphoniques, 150 000 contacts guichet et autant de mails.
Les modes d’organisation traditionnels des collectivités ne sont plus adaptés pour prendre en charge de tels flux et répondre aux demandes dans des délais acceptables. En parallèle, le citoyen devient un véritable acteur de sa ville et souhaite, au-delà de ses démarches administratives, participer à la vie locale, rechercher de l’information ou échanger avec ses concitoyens. La ville du XXIe siècle est à la fois un prestataire de services, un fournisseur d’informations et un réseau social.

Ainsi, le niveau d’attente des citoyens, devenus de véritables « consommateurs de services publics locaux », s’accroit. Ils sont exigeants, impatients et attendent de la part de la collectivité́ une réactivité́ égale à celle des entreprises privées en termes de réponse et d’efficacité́. La généralisation des smartphones renforce ce mouvement.

« Le coût d’une démarche « guichet » est estimé à 12 € alors qu’une démarche par Internet revient à 3 € ! »

Mais, précisément au moment où̀ les collectivités doivent se moderniser et gérer ces nouveaux canaux de communication, leurs marges de manœuvre financière se réduisent. Comme toutes les autres administrations, elles doivent maîtriser les coûts de fonctionnement de leurs services.

De plus, l’organisation actuelle d’une mairie se prête mal à relever ces défis, en raison du cloisonnement de ses services (organisation « en silo ») dont la conséquence est la multiplication des progiciels « métier » (entre 20 et 50 progiciels différents dans une mairie moyenne) développés par des éditeurs différents et ne communiquant généralement pas entre eux.

Les enjeux stratégiques de la Gestion Relation Citoyen sont donc d’améliorer la qualité́ du service rendu au citoyen tout en réduisant les coûts de fonctionnement de la collectivité́. La réduction la plus importante provient de la généralisation des téléprocédures numériques. Le coût d’une démarche « guichet » est estimé à 12 € alors qu’une démarche par Internet revient à 3 € !

 

La plate-forme de Localeo permet à une collectivité de mettre en ligne simplement et rapidement une solution d’administration électronique gérant les flux entre les citoyens et ses services :

  • Réception des demandes des citoyens en mode multicanal ;
  • Traitement des demandes au sein des services, avec un parapheur numérique® dématérialisant et automatisant les procédures ;
  • Suivi en temps réel par le citoyen de l’état d’avancement de sa demande avec accès à un compte citoyen ;
  • Vision globale par la collectivité de l’ensemble des demandes, dans une démarche de qualité de service.

Les flux gérés sont les suivants :

  • Courriers électroniques ou SMS entrant/sortant ;
  • Téléprocédures, inscriptions en ligne, demandes de documents, paiement en ligne ;
  • Abonnements à des services d’information ou de notification par SMS.

Le logiciel GRC substitue à l’organisation verticale une approche transversale qui met le citoyen au cœur du système d’information de la mairie. Cette approche suppose la décomposition du traitement de la requête d’un citoyen en 3 phases : la qualification, le traitement et la délivrance. La qualification de la demande est faite par un agent d’accueil dont la mission est d’enregistrer la requête. Plus son travail est précis, plus le traitement de la requête par la direction métier sera facile.

Par ailleurs, le logiciel GRC accélère la dématérialisation des flux et en automatisant un maximum de procédures. La dématérialisation induit en elle-même de profondes économies : le « parapheur numérique », qui véhicule les requêtes des citoyens à travers le réseau, est infiniment moins couteux que le « parapheur papier » transporté par un huissier avec un chariot !

Un logiciel GRC permet de limiter le nombre de courriers postaux sortants au profit de courriers électroniques ou de SMS. Un courrier postal revient en moyenne à 2,70 € dans une collectivité́. Il devient possible de réduire à terme de 33 % à 50 % le nombre de courriers postaux émis. Avec environ 200 000 courriers par an pour une ville de 50 000 habitants, les économies générées sont significatives.

La suppression des courriers électroniques en provenance des citoyens, au profit de formulaires électroniques gérés par le logiciel GRC, réduit fortement le temps passé par les agents devant leur messagerie et élimine le SPAM.
La plateforme GRC contribue enfin à la réduction des imprimés et au respect de l’environnement, notamment pour les villes qui s’inscrivent dans la démarche de l’« AGENDA 21 ». La réduction du nombre de courriers postaux sortants et de photocopies, les pièces jointes étant scannées, permet à la collectivité́ de limiter sensiblement le nombre de documents imprimés.

Tout savoir sur la SVE

Depuis le 7 novembre 2016, tous les usagers doivent pouvoir saisir les collectivités territoriales par voie électronique. Toutes les démarches sont concernées, à l’exception de quelques demandes relatives à l’accessibilité. Après réception de la demande, la collectivité doit adresser à l’usager un accusé d’enregistrement électronique (AEE) dans un délai d’un jour ouvré puis un accusé de réception électronique (ARE) dans les dix jours ouvrés. L’accusé de réception devra obligatoirement mentionner le service chargé du dossier, le nom et la fonction de l’agent chargé de traiter la demande ainsi que son adresse électronique ou postale et son numéro de téléphone. Il devra aussi indiquer si la demande de l’usager est ou non soumise à la règle du « silence vaut accord (SVA) », ainsi que la date à laquelle la demande « sera réputée acceptée ou rejetée ». Le silence gardé pendant plus de 2 mois par la collectivité sur une demande ou une démarche vaut accord, sauf exceptions. Dans d’autres cas, le silence gardé sur une demande vaut refus. Dans le cas où la demande de l’usager est susceptible de donner lieu à une décision implicite de rejet, les délais et les voies de recours à l’encontre de la décision doivent également être précisés.

Lorsqu’une demande est adressée à un service incompétent pour la traiter, ce dernier doit la transmettre à l’autorité compétente et en informer l’usager. L’accusé de réception est alors délivré par le service instructeur.

La SVE peut être effectuée via une boite mail fonctionnelle, un formulaire de contact ou un téléservice spécifique. Le mail et le formulaire de contact nécessitent la présence quotidienne d’un agent pour adresser à l’usager l’AEE dans les délais requis et suivre l’avancement de la demande.

Avec le téléservice proposé par Localeo, les contraintes de présence permanente d’un agent sont supprimées et le travail de l’agent est sécurisé car :

  • Localeo gère automatiquement l’envoi de l’ARE avec les mentions légales
  • Localeo gère l’envoi de l’AEE et les alertes en cas de risque de dépassement des délais.
  • Localeo détecte les démarches SVA